Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Le Qigong et le Bonheur

i-am-natures-heart-naturesheart-is-me
Je suis Nature – La Nature c’est moi           Photo de Panna

snapshot-9-13-10-2014-17-45

Au cours de la recherche passionnante de nous-mêmes, il est important de s’adresser à des personnes qui ont déjà parcouru le Chemin avant nous.  Chaque chemin est unique et irremplaçable, mais il y a sans doute des points de repère universels qui peuvent nous aider à éviter de nous égarer et de perdre du temps précieux. Un de ces jalons fondamentaux, qui est considéré l’un des obstacles majeurs vers la plénitude de l’être, c’est l’illusion de la séparation – le dogme mental qui nous convainc que chacun est un conteneur étanche et séparé des autres et de l’univers. La bonne nouvelle, c’est que nous avons tous la capacité innée de dissoudre cette illusion. En avril 2013, pendant un séminaire en directe Internet avec l’enseignant spirituel Francis Lucille, je lui ai posé une question sur le rapport entre le Qigong et l’Eveil spirituel. Ci-dessous j’ai l’immense plaisir de partager avec vous sa réponse. Remarquez comment Francis… «rectifie le tir» de ma question, en la formulant de façon beaucoup plus efficace et proche de l’Être; par Bonheur, il entend l’Eveil, la plénitude de l’Être, la redécouverte intime et inébranlable de ce que nous sommes véritablement.

Question de Panna : Dans quelle mesure le travail «énergétique» (qigong, yoga, etc.) peut-il nous aider sur le chemin vers le Soi ? Il y a-t-il un rapport direct (ou indirect) entre l’ «énergie» et la Conscience ?
Réponse de Francis Lucille : (Il sourit) Le mot « énergie » pour moi… suggère autre chose que ce qui est impliqué dans la question. Ça suggère l’énergie du pétrole, l’énergie nucléaire, le travail d’une force, l’échauffement d’un liquide, d’un solide, etc. Des choses comme ça.
Donc, l’énergie, ce que je comprends par ce mot (Francis regarde la zone « chat », ou les autres participants ajoutent leurs réflexions : « énergie noire », « énergie du vide »…)… et tout le monde a sa propre définition du mot…
La manière de formuler la question pour mieux y répondre serait: « Est-ce qu’un travail sur le corps – par exemple – peut nous aider sur le chemin vers le Soi ? » Et, le « chemin vers le Soi » peut aussi être formulé différemment : « Est-ce qu’un travail sur le corps peut nous aider sur un chemin vers le Bonheur ? » Voilà comment je le formulerais.
Et la réponse est : « oui », dans la mesure où l’obstacle majeur au bonheur est notre croyance d’être un être séparé.
Cette croyance a engendré des schémas corporels de séparation qui perpétuent cette croyance, en quelque sorte, que nous avons héritée directement de notre entourage.
Donc libérer le corps de ces schémas de séparation – en tout cas des résidus de ces schémas – joue un rôle important dans le chemin vers le bonheur.
Mais si nous essayons tout simplement de libérer le corps de ses schémas sans avoir au préalable éliminé LA CAUSE qui les perpétue, on se livre à un travail de Pénélope, en ce sens qu’au fur et à mesure que l’on dissout les schémas de protection, comme la peur intrinsèque n’a pas été éliminée, on en crée d’autres au fur et à mesure que l’on les dissout. Il est donc important de comprendre à un niveau profond et à expérimenter le plus possible que nous ne sommes pas séparés.
Et quelle est la pré-condition nécessaire ? Être ouverts à cette possibilité. Si nous sommes ouverts à cette possibilité, nous sommes alors ouverts à EXPERIMENTER cette possibilité, et l’expérimentation apportera ses propres conclusions.
Nous devons donc nous livrer à l’investigation des preuves que nous avons que nous sommes une conscience séparée. Car tant que nous croyons que cela est un fait qui ne prête pas à discussion il n’y a pas cette ouverture qui est nécessaire, la pré-condition n’est pas satisfaite.
Donc le yoga ou le travail sur les schémas corporels a une place de choix à jouer à partir du moment où nous sommes ouverts à la possibilité que la Conscience est universelle, et donc à partir du moment où nous sommes ouverts à une manière différente de percevoir le corps et le monde. Au lieu de les percevoir comme deux entités distinctes et séparées, il nous faut les fondre dans notre expérience, les couler ensemble en une seule expérience, dans laquelle le monde est expérimenté comme notre corps. Il y a une continuité absolue.
Et pour cela les exercices corporels, ou des expérimentations, sont très utiles. Ils font partie des approches traditionnelles ; même la méditation silencieuse a un élément corporel.
Voilà ce que je pouvais dire à ce sujet. Une petite parenthèse : ces approches corporelles peuvent avoir aussi un rôle préparatoire, en ce sens que parfois il est des obstacles, des résistances au niveau du corps qui en quelque sorte bloquent l’ouverture spirituelle, et une fois que par une méthode appropriée ces résistances se débloquent, à ce moment là l’ouverture spirituelle est rendue possible. Donc le rôle de ces exercices est à deux stades différents du processus spirituel : 1) avant l’ouverture ; 2) après l’ouverture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :